bandeau imageDRJSCS Hauts-de-France

DRJSCS Hauts-de-France

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>SPORTS >Sport et santé >Lutte contre le dopage

Lutte contre le dopage

Article Sport et santé 11/02/2015

La performance ne se trouve pas dans une boite à pharmacie ! Pour réussir il faut des aptitudes naturelles, une bonne hygiène de vie, un bon mental et beaucoup de travail. Mais il faut aussi apprendre à accepter de ne pas gagner.
Se doper, c’est faire usage ou tenter de faire usage de substances et méthodes de nature à modifier artificiellement les capacités ou à masquer l’emploi de substances ou méthodes ayant cette propriété. D’un point de vue éthique, se doper est contraire à l’esprit sportif.
La liste de substances et méthodes interdites est élaborée par l’Agence Mondiale Antidopage.

1- Vous êtes sportif

Le dopage n’est pas un problème limité au sport de haut niveau, mais une infraction à une loi qui concerne tous les pratiquants. Tout sportif détenant une licence « compétition », et quel que soit son niveau de pratique, peut être soumis à un contrôle antidopage à l’occasion d’une compétition, mais aussi pendant un entraînement y préparant. Le contrôle antidopage est souvent inopiné.

Le médecin préleveur est une personne agréée et missionnée par le ministère chargé des sports pour effectuer des contrôles antidopage. S’opposer à l’exercice de ses fonctions est un délit passible de sanctions pénales.

Qu’est-ce qui est interdit ?

Articles L. 232-9 et L. 232-17 du code du sport

Il est interdit à un sportif de détenir ou d’utiliser, ou de tenter de le faire, des substances ou méthodes interdites. Cette interdiction ne s’applique pas aux sportifs détenteurs d’une ordonnance ou d’un autre document attestant d’une « raison médicale justifiée ».

L’utilisation d’une substance interdite peut être légale si le sportif est détenteur d’une « autorisation d’usage à des fins thérapeutiques ».

Il est interdit de se soustraire, de tenter de le faire, de refuser de se soumettre aux contrôles ou de se conformer à leurs modalités, ainsi que de ne pas se soumettre aux obligations en matière de localisation des sportifs.

Recommandations préalables

Bien lire les notices de tout médicament que vous consommez : s’il est interdit aux sportifs, ce sera toujours mentionné.

Rappeler à votre médecin que vous êtes sportif avant toute prescription médicamenteuse,

Conserver vos ordonnances récentes pour les présenter en cas de contrôle.

Méfiez-vous des compléments alimentaires, surtout achetés sur Internet

Vous êtes considéré comme responsable de toute substance retrouvée dans vos urines, même si vous ne savez pas d’où elle provient. Une ordonnance ne vous exempte jamais de la réglementation antidopage.

En cas de doute sur un produit ou médicament, vous pouvez consulter le site de l’Agence Française de Lutte contre le Dopage ou appeler le n° vert « Ecoute Dopage » : 0800 15 2000

L’autorisation d’usage à des fins thérapeutiques

Qu’est-ce qu’une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) ?

Les sportifs, comme tout le monde, peuvent tomber malades ou présenter des conditions qui exigent l’usage de certains médicaments. S’il se trouve qu’une substance à laquelle un sportif doit avoir recours pour traiter sa condition fait partie de la Liste des interdictions, une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques peut lui permettre de prendre le traitement nécessaire.

Les critères pour obtenir une autorisation d’usage des fins thérapeutiques sont les suivants :
- Le sportif subirait un préjudice de santé important si la substance ou la méthode interdite n’était pas administrée,
- L’usage thérapeutique de la substance ne devrait produire aucune amélioration significative de la performance,
- Il n’y a pas d’alternative thérapeutique raisonnable pouvant se substituer à la substance ou méthode normalement interdite.

Tout savoir sur l’A.U.T. : https://www.afld.fr/medical/les-aut

Le contrôle antidopage
Qu’il soit tiré au sort ou désigné, un sportif ne peut en aucun cas refuser de se soumettre au contrôle. Dans cette hypothèse, le médecin établit un constat de carence. Le sportif est alors systématiquement considéré comme POSITIF, et lourdement sanctionné (retrait de licence pour plusieurs mois ou années).

Le sportif désigné signe sa notification, et se présente dans un délai d’une heure au maximum dans les locaux du contrôle, où il rencontre le médecin. Un entretien précède le prélèvement, au cours duquel il doit déclarer tous traitements utilisés depuis au moins une semaine, et présenter les prescriptions et les éventuelles autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (A.U.T) dont elle dispose.

Le sportif devra ensuite uriner à la vue du médecin dans un flacon, et suivre les procédures visant à rendre anonyme et sécuriser le prélèvement. Les urines seront analysées dans un laboratoire agréé, et les résultats transmis à la fédération.

En cas de découverte de produits interdits non couverts par une A.U.T., la fédération convoque le sportif devant sa commission de discipline, qui décidera des sanctions. Ces sanctions ne sont que sportives pour les utilisateurs de produits interdits (déclassement, retrait de licence, perte des gains), mais pénales pour ceux qui auraient procuré des produits dopants à d’autres sportifs (amendes et prison). Les utilisateurs de stupéfiants peuvent néanmoins faire l’objet de poursuites pénales.

Tout savoir sur le déroulement d’un contrôle : http://www.ecoutedopage.fr/

Vidéo sur le contrôle antidopage : https://www.afld.fr/espace-sportifs/video-sur-le-controle

2- Vous êtes organisateur de manifestation sportive

Lors de tout contrôle antidopage en compétition, la fédération sportive met à la disposition du médecin préleveur agréé un délégué fédéral, pour l’assister dans sa tâche. Si le délégué fédéral prédésigné n’est pas présent (dans le cas d’un contrôle inopiné par exemple), une autre personne peut être recrutée sur le terrain par les organisateurs ou par le médecin pour remplir cette mission.

Il doit s’agir d’une personne affiliée à la fédération, non liée aux sportifs à contrôler. Cette personne s’engage à rester disponible pendant toute la durée des opérations de contrôle.

En l’absence de désignation d’un délégué fédéral ou en cas de refus de celui-ci de prêter son concours au médecin agréé, il en sera fait mention sur le procès verbal du contrôle. En aucun cas cette absence ou ce refus ne peuvent empêcher la désignation des sportifs et le déroulement du contrôle, ni constituer un vice de procédure.

Le fait de s’opposer à un contrôle antidopage constitue un délit passible de sanctions pénales.

Rôle du délégué fédéral

A la demande du médecin agréé, il est tenu de :

- participer à la désignation des sportifs à contrôler (N.B. le médecin peut en outre effectuer un contrôle sur tout autre participant, Art 2 du décret 2001-35)

- assister le médecin dans le déroulement des opérations de contrôle (remise des convocations, identification des sportifs, obtention des signatures des notifications, surveillance ou escorte des sportifs, surveillance des prélèvements…)

- mais il ne peut assister à l’entretien médical, à l’examen médical et au prélèvement.

L’escorte

Vivement recommandée en France et obligatoire dans les compétitions internationales, l’escorte d’un sportif notifié pour un contrôle constitue un élément de sécurité. Cette personne, sans lien avec le sportif, est placée sous la responsabilité du médecin agréé. Les instructions lui sont données en concertation avec le délégué fédéral et les organisateurs.

Les locaux
Tout organisateur doit mettre à la disposition du médecin agréé missionné pour le contrôle des locaux pour servir de poste de contrôle antidopage.

L’accès au poste de contrôle doit être flêché.

Ces locaux doivent comporter :

- un espace pouvant servir de salle d’attente
- des toilettes et un lavabo si possible attenants au bureau
- un bureau (ou local fermé avec table et chaises) pour l’entretien médical, qui doit pouvoir être confidentiel.

Si le bureau ne ferme pas à clé, le médecin ou le délégué fédéral devront assurer en permanence la surveillance des flacons prélevés. de prélèvement

Des bouteilles d’eau cachetées doivent être mises à la disposition des sportifs notifiés pour le contrôle.

La présence de savon, essuie mains, sacs à déchets est souhaitable.

Avant le début du contrôle, le médecin agréé, le délégué fédéral et l’organisateur de la compétition s’assurent – si possible ensemble – que les installations prévues sont adéquates.

Pourront avoir accès au poste de contrôle :
- le sportif
- le médecin agréé et éventuellement un médecin stagiaire l’accompagnant
- le délégué fédéral
- un accompagnateur désigné par le sportif
- toute autre personne autorisée par le médecin agréé.

L’entretien médical et le prélèvement ne se font pas en présence de tiers (seuls le sportif et le médecin agréé et éventuellement le médecin stagiaire sont présents).

Le sportif doit toujours s’assurer, avant de quitter une compétition, qu’il n’est pas désigné pour un contrôle antidopage. Le refus de signer la notification ou de se présenter au contrôle fera l’objet d’un constat de carence, et le sportif sera sanctionné.

3- Le service Ecoute Dopage

Ecoute Dopage est un service d’aide spécialisé mis gratuitement à la disposition des sportifs et de toute personne concernée par les problématiques liées au dopage.

Il offre un espace privilégié d’écoute et de parole visant à informer, aider et orienter les personnes concernées par la législation antidopage ou la consommation de produits de performance.

Composé de psychologues, pharmaciens et médecins spécialistes du dopage, l’équipe d’Ecoute Dopage et ses experts associés garantit la confidentialité et l’anonymat des demandes, le respect de l’intégrité et du libre arbitre de la personne.

Véritable dispositif d’aide pour les sportifs et leur entourage, Ecoute Dopage comprend :

- Un service téléphonique ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h30.
- Un service courriel
- Un site Internet : www.ecoutedopage.fr

Numéro Vert ECOUTE DOPAGE : 0800 15 2000

En savoir plus

4- Tout savoir sur la lutte contre le dopage

http://www.sports.gouv.fr/prevention/dopage/